HOMESpecialsÉglises centenaires à Karuizawa

Églises centenaires à Karuizawa

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

La culture des églises à Karuizawa

À Karuizawa, comme dans beaucoup de stations thermales du Japon, beaucoup de musées, du plus anecdotique au plus prestigieux, pléthores de cafés reposants et de boutiques de produits locaux. Mais, contrairement à beaucoup d’autres escapades balnéaires, Karuizawa possède ses particularités, dues à son histoire métissée, entre culture européenne et Japon cultivé. Une des meilleures preuves de cela est le nombre d’églises à découvrir dans ce recoin de Nagano, à seulement 1h10 environ de Tokyo.

Aux racines missionnaires

Au tout début de la popularité de Karuizawa, quand la ville n’était qu’une étape rurale du Nakasendo, l’ancienne route des montagnes reliant Tokyo à Kyoto, elle a été visité par Alexander Croft Shaw. Le jeune missionnaire canadien est l’un des premiers à avoir apprécié l’air pur du plateau, à 1000 d’altitude, et a l’avoir recommandé.

D’après lui, cette parenthèse de nature à Karuizawa n’était pas moins qu’un « hôpital à ciel ouvert » sous la frondaison des arbres, un « sanatorium de plein air ». Aujourd’hui, l’homme est honoré au niveau de la chapelle mémorielle de Shaw, une petite chapelle de sous-bois dans le prolongement de l’avenue Ginza, en direction du col d’Usuitouge. S’y trouve également un buste du précurseur.

L’église catholique de Saint-Paul

À quelques minutes de marche de l’avenue Ginza, après avoir traversé le bien-nommé « Church Street » – un complexe de magasins et de restaurants, l’église catholique de Saint-Paul est l’un des bâtiments historiques de Karuizawa. Son architecture particulière est l’œuvre d’Antonin Raymond, un architecte américain d’origine tchécoslovaque et lauréat de l’American Institute of Architects.

L’église elle-même a été établie par le père Ward, un Britannique. Son intérieur boisé, qui contraste avec la géométrie de l’ouvrage et son béton nu, est exceptionnel. Dans une chaleur alpine digne d’un chalet suisse. Plusieurs sculptures, ainsi que les 14 stations japonisantes du chemin de croix, sont particulièrement émouvantes.

Couleurs d’automne sur l’église Kogen

Plus loin à flanc de montagne, l’ancienne salle de discussion Hoshino Yugaku-do est devenu une église sobre et élégante. Sous un long toit de montagne, au milieu de la nature chaude de Karuizawa, elle est aujourd’hui un lieu très populaire pour se marier. Et il n’est pas rare, tous les jours et encore plus en automne, d’y croiser des couples en tenue traditionnelle en pleine séance photo.

Son histoire est inédite, car l’église Kogen, était d’abord le lieu de rendez-vous des pacifistes japonais d’avant la Seconde guerre mondiale. La salle de débat qu’elle était alors avait été ouverte en 1921 par l’évangéliste japonais Uchimura Kanzo, le fondateur du mouvement Mukyokai (« sans églises »), comme une retraite naturelle et un lieu de réflexion.

La Stone Church de Karuizawa

La synthèse finale de la nature alpine et de cette culture chrétienne unique, à découvrir dans ce recoin de Japon, est peut-être l’église de pierre, la « Stone Church ». Un bâtiment unique, construit il y a 30 ans pour honorer Uchimura Kanzo. Elle est l’œuvre de l’architecte américain Kendrick Kellogg. Sous la chapelle du niveau principal, se trouve un mémorial dédié à l’évangéliste japonais.